X
Partager le tableau
X
FR EN
Accueil > Tableaux > Pierre-Eugène Montézin (1874-1946) - Bouquet de fleurs
Retour
Partage
Zoom

Pierre-Eugène Montézin (1874-1946)

Bouquet de fleurs

Ecole française, huile sur carton signée en bas à droite

Dimensions : H. 37 x L. 29,4 cm

Pierre-Eugène Montézin est né à Paris en 1874. Dès son plus jeune âge, il observe les créations de son père, dessinateur de dentelles de renom.  A 17 ans, il est engagé comme apprenti dans une maison de décoration où il peint des panneaux à fleurs et crée des ornements originaux.

Artiste autodidacte de talent il n’est rattaché à aucun atelier. Véritable amoureux de la nature, il développe un talent exceptionnel de paysagiste grâce à un sens aiguisé de l’observation.

C’est un artiste visionnaire. Sa touche moderne ne correspond pas aux attentes de l’académisme de l’époque. A l’âge de 19 ans il décide de présenter ses œuvres au Salon des Artistes Français à Paris qui lui refuse l’accès, et cela pendant dix ans. Mais l’artiste ne renonce pas. A force de ténacité et de persévérance, le Salon lui ouvre ses portes en 1903. En 1907, il obtient la médaille de 3ème classe et en 1910 la médaille d’or de 2ème classe.

1914, la guerre éclate. Montézin s’engage et part combattre sur le front. A la fin de la guerre, il est décoré de la Médaille Militaire.

Dès 1919, il s’adonne pleinement à son art et commence à en vivre. En 1920, il reçoit le Prix Rosa Bonheur. En 1922, la galerie Georges Petit lui consacre une exposition à Paris. En 1923, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur. En 1933, il est promu Officier de la Légion d’Honneur puis élu à l’unanimité Président du Jury des Artistes Français.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il part en 1940 avec sa famille quelques temps en Creuse où il peint énormément.

Le 5 Juillet 1941, il est élu membre de l’Institut de France à l’Académie des Beaux-Arts, au fauteuil d’Edouard Vuillard. En 1946, Montézin part en Bretagne. En se rendant à Moëlan-sur-Mer pour peindre sur le motif, il décède à l’âge de 72 ans, ses toiles et sa boite de couleurs accrochées sur le dos.

Notre tableau a été réalisé vers 1920. La touche est épaisse et très enlevée. L’artiste a exécuté ce bouquet en pleine pâte pour que chaque fleur accroche la lumière qu’il aimant tant. Il porte une dédicace datée de janvier 1921 à Simone Hirch. Celle-ci était la fille de Raphaël Hirch, un ami proche de Pierre-Eugène Montézin.

Musées :
Paris, Petit Palais
Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville
Dijon, Musée des Beaux-Arts
Lille, Musée des Beaux-Arts
Lille, Petit Palais
Roubaix, Musée d'Art et d'Industrie

Bibliographie :
Bénézit, Gründ édition, Tome 9, p. 783-784

Pierre-Eugène Montézin - Les marais de la Somme
Roubaix, Musée d’Art et d’Industrie