X
Partager le tableau
X
FR EN
Accueil > Tableaux > Louis Valtat (1869-1952) - Port de Banyuls
Retour
Partage
Zoom

Louis Valtat (1869-1952)

Le port de Banyuls

Ecole française, huile sur toile signée en bas à droite

Dimensions : H. 38,2 x L. 55 cm

Louis Valtat est né en 1869 à Dieppe dans une famille d’armateurs. En 1887, il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il passera ensuite par l’atelier de Gustave Moreau puis à l’académie Julian.

A partir de 1889, il expose au Salon des Indépendants.

Comme beaucoup d’artistes de sa génération, il subit l’ascendant du Néo-Impressionnisme. Cette dernière influence est stimulée par Cross et par Signac, ses amis et voisins, puisqu’il s’installe de 1889 à 1914 à Anthéor, près du Lavandou et de Saint-Tropez. Valtat, qui peignait avec des couleurs pures et violentes dès 1894, s’apparente un moment aux Nabis.

En 1894-1895, il exécute avec Toulouse-Lautrec et Albert André les décors du Chariot de terre-cuite pour le théâtre de l’œuvre de Lugné-Poe.

Valtat participa à toutes les manifestations du Fauvisme. En 1903, il participe au premier Salon d’Automne où il présente des paysages à la palette extrêmement colorée préfigurant le mouvement Fauve. Ambroise Vollard commence à s’intéresser à son travail et décide de lui organiser sa première exposition personnelle.

En 1905, il expose au Salon d’Automne dans la Cage aux Fauves  avec Marquet et Matisse, Valtat est l’artiste le plus remarqué de l’exposition.

Mais sa position dans le mouvement est ambiguë : précurseur d’un côté, compagnon de route de l’autre, Valtat reste pourtant, pour ce qu’il a de meilleur, plus proche de Guillaumin et de Cross que de Matisse, dont il est pourtant l’exact contemporain.

Installé dans la région parisienne après 1914, il évolue seul, dans un style toujours soucieux d’équilibre plastique et coloré. A partir de cette date, il  retournera souvent en Normandie, pays où il a grandi, d’où  il nous rapporte des vues de port et de paysages.

En 1924, il vit à Choiseul dans la vallée de Chevreuse (région parisienne).

En 1948, Valtat perd la vue, il doit se résoudre à ne plus jamais peindre.

En 1952, une grande rétrospective en hommage à son œuvre fut organisée au Salon d’Automne.

« Ce fut un peintre très complet, peintre de précieux petits formats à l’inspiration généreuse et variée et c’est une des raisons pour lesquelles on reconsidère le cas de ce très beau peintre qui est de plus, un précurseur. » Ambroise Vollard.

 

Ce tableau est répertorié aux archives de "L'Association Les Amis de Louis Valtat".

 

Musées:

New York, Metropolitan Museum of Art

New York, Museum Of Modern Art

Saint Pétersbourg, L’Ermitage

Bruxelles, Musée Royal

Bordeaux, Musée des Beaux-Arts

Paris, Petit Palais

Paris, Musée d’Orsay

 

Bibliographie :

E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Tome 14, pages 30-31.