X
Partager le tableau
X
FR EN
Accueil > Tableaux > Albert Lebourg (1849-1928) - Quais de Seine vers le Pont d'Austerlitz, circa 1880
Retour
Partage
Zoom

Albert Lebourg (1849-1928)

Quais de Seine vers le Pont d'Austerlitz

Ecole française, huile sur toile signée en bas à droite, circa 1880

Dimensions : H. 31 x L. 58 cm (avec cadre : H. 54 x L. 80 cm)

Albert Lebourg, né le 1er février 1849 à Montfort-sur-Risle (Eure, France) d’un père greffier de justice, a toujours eu un lien étroit avec la nature. Dans sa jeunesse, il rencontra Victor Delamarre, artiste qui lui prodigua des conseils dans ses premiers débuts. A peine âgé de 20 ans, il entre dans l’atelier de Drouin, architecte et professeur de dessin à Rouen. Il suit également les cours de dessin de Gustave Morin, directeur de l’École Municipale de peinture et dessin de Rouen. Le jeune Albert y reçoit une formation académique, de facture assez traditionnelle. A cette époque son goût était orienté surtout vers le romantisme de 1830. 1872 est une année décisive pour Lebourg car il expose au 23e Salon Municipal de Rouen auprès de Corot, Monet, Pissarro, Sisley et Ziem. Un grand collectionneur, M. Laperlier, président de la Société des Beaux-Arts d’Alger (Algérie), s’intéresse à son œuvre et lui offre un poste de professeur de dessin. Lebourg est immédiatement séduit par la ville. Il y enseigna jusqu’en 1876 et pendant son temps libre se consacra aux paysages de plein air. Cette riche expérience le conduit à éclaircir sa palette chromatique. De retour à Paris, en 1878, il se forme auprès de Jean-Paul Laurens, peintre d’histoire et élève de Léon Cogniet tout comme Gustave Morin. Mais cet enseignement ne satisfait pas le jeune artiste, amoureux des paysages. Lebourg participa à l’aventure impressionniste en exposant aux 4e et 5e Expositions Impressionnistes, en 1879 et 1880. A partir de 1884, il entreprend de nombreux voyages, notamment en Auvergne, en Hollande, en Belgique et en Angleterre où il admire le travail de Turner, Constable et Gainsborough. En 1903, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur. Ses sujets de prédilection sont les vues de Paris et de ses environs (Nanterre, Rueil, Chatou, Marly) ainsi que la Normandie : il aime dans ses tableaux de petits formats retranscrire l’atmosphère qui se dégage d’un paysage. C’est en contemplant Paris qu’il s’exclama : « C’est surtout devant un tel tableau qu’on se rend bien compte qu’il faut donner la sensation des choses et pas copier les choses et qu’un tableau n’est pas une photographie ».

 

Musées :

Paris, Musée du Louvre

Paris, Musée d’Orsay

Paris, Musée Carnavalet

Paris, Petit Palais

Angers, Musée des Beaux-Arts

Caen, Musée des Beaux-Arts

Dunkerque, Musée des Beaux-Arts

Lille, Musée des Beaux-Arts

Rouen, Musée des Beaux-Arts

 

Bibliographie :

E. Bénézit, édition Gründ, Tome VIII, pages 383-384.

François Lespinasse, Albert Lebourg: 1849-1928, Imprimerie ACK, 1983.

Léonce Bénédite, Albert Lebourg, Paris, Editions des « Galeries Georges Petit », 1923.

Albert Lebourg - L'île Lacroix à Rouen - Lille, Palais des Beaux-Arts Albert Lebourg - L'île Lacroix à Rouen - Lille, Palais des Beaux-Arts